Quentin-Lutte-Olympique

Evala :Lutte Togolaise

L'Evala est une forme de lutte traditionnelle dont la finalité consiste à renverser son adversaire et qui se déroule chaque année à Kara, au Togo

Au Togo, chaque année en mi-juillet a lieu en pays Kabyè un rite initiatique appelé Evala. C'est à la fois un sport et une cérémonie d'initiation qui montre que l'on appartient à la cour des grands. Pendant les Evalas, deux équipes de villages voisins se rencontrent autour d'un terrain. Chaque équipe forme plusieurs rangs de lutteurs (le premier rang est celui des plus forts). Les combats son souvent spectaculaires car les lutteurs s'affrontent sur un terrain brut, parsemé de pierres et de roches avec des techniques de combat dignes des luttes modernes.

Les combats se déroulent par équipe de 5 jeunes hommes de 18 à 20 ans. Les techniques semblent assez peu structurées. Chaque combat se termine par la victoire du concurrent ou par un nul à la limite du temps de combat. Aucun classement final n’est établi, seul subsiste le comportement valeureux des lutteurs.

 

 

Evala est la toute première initiation à la vie d’homme de l’adolescent Kabyè. Avant d’être soumis à ces rites, les jeunes sont longtemps préparés psychologiquement et physiquement. En pays Kabyè, un jeune qui se dérobe à cette initiation subit des représailles des sages, de ses parents et de la société entière. Il est en quelque sorte exclu de la communauté.

La finalité première de cette opération est d´habituer le jeune à l’endurance, au courage et au stoïcisme. L’aspect culturel de l’évènement est rehaussé par les sacrifices que l’adolescent doit consentir : jeûne, abstinence sexuelle et les scarifications qui sont les signes extérieurs du guerrier.

L'aspect traditionnel de la cérémonie se révèle par la présence des sages de la communauté. Ce sont ces sages qui veillent au respect des règlements, assurant la direction et l'arbitrage des tournois. Les dates auxquelles se tiennent les cérémonies sont fixées par la consultation des oracles suivi de l'autorisation accordée par le grand prêtre appelé " Tchodjo ". Après les luttes, les prêtres traditionnels font une tournée dans les lieux sacrés pour remercier les ancêtres d’avoir permis la cérémonie.

 
Créé avec Créer un site
Créer un site